Prévention

Réaliser de meilleures performances sportives en absorbant des substances interdites ou en utilisant des méthodes interdites, c’est ne pas respecter les règles du jeu. C’est tricher, et tricher avec tout le monde : avec soi, avec les autres sportifs, avec les organisateurs et les sponsors, avec le public. Gagner en trichant, ce n’est pas vraiment gagner : même si les autres ne le savent pas, « l’athlète » ayant absorbé ces substances le sait. De plus, cette tricherie est dangereuse pour la santé !

Les substances interdites ne le sont pas pour rien. Elles ont des effets secondaires non négligeables : divers troubles et dysfonctionnements peuvent apparaître, et parfois entraîner la mort. Les risques de dépendance et d’assuétude ne sont pas négligeables non plus.

Produits dopants stimulants

Les produits dopants stimulants peuvent entraîner, entre autres, des troubles psychiques, de l’hypertension artérielle et des palpitations cardiaques, des tremblements, des hallucinations, une mauvaise coordination, du surmenage, la perte du sommeil et un état d’épuisement avancé.

Produits dopants narcotiques

Les produits dopants narcotiques peuvent réduire la capacité de concentration et de coordination, entraîner des risques de blessures, la perte d’équilibre et des troubles respiratoires, cardiaques et gastro-intestinaux.

Produits dopants anabolisants

Les produits dopants anabolisants peuvent entraîner des lésions du foie et une atrophie testiculaire, accroître le risque d’infarctus, de cancer de la prostate et augmenter l’agressivité, diminuer voire arrêter la production naturelle d’hormones par le corps humain, engendrer des phénomènes de virilisation chez la femme (calvitie, pilosité) et arrêter la croissance chez les jeunes.

Produits diurétiques

Les produits diurétiques peuvent entraîner la déshydratation du corps et donc une diminution du volume sanguin et perturber l’équilibre minéral ou engendrer des lésions rénales, générer des crampes et des vertiges et provoquer une arythmie cardiaque.

Bêta-bloquants

Les bêta-bloquants provoquent une perte du sommeil, réduisent la pression sanguine et entraînent un risque de défaillance cardiaque et d’impuissance.

Hormones peptidiques

Les hormones peptidiques (comme l’EPO et l’hormone de croissance) comportent le risque d’embolie pulmonaire ou cérébrale, de troubles cardio-vasculaires, de diabète et de cancer et peuvent entraîner des troubles des reins, de la thyroïde et de la vision ainsi que de l’arthrite déformante.

Une alimentation saine et équilibrée suffit pour les besoins de la majorité, même des « grands sportifs » et le recours aux compléments alimentaires doit se faire avec la plus grande vigilance : il n’est pas rare de trouver des substances interdites ou des traces de celles-ci dans ces compléments, qu’ils aient été achetés au Luxembourg, à l’étranger ou sur Internet. Ils ne sont d’ailleurs pas soumis à une réglementation très stricte.

L’automédication constitue une situation dangereuse pour le sportif dans la mesure où il absorbe de lui-même des médicaments, sans en parler à son médecin. Même les médicaments disponibles sans ordonnance médicale peuvent contenir des substances interdites. Le sportif se doit donc d’être particulièrement vigilant : il consultera attentivement la notice pharmaceutique pour vérifier qu’aucune substance interdite n’entre dans la composition du médicament et contrôlera qu’aucun agent actif ne fait l’objet d’une interdiction. L’ALAD publie chaque année une liste (non exhaustive) de médicaments autorisés. Le sportif sera également attentif au fait que les médicaments portent le même nom à l’étranger, mais qu’ils contiennent parfois d’autres substances.

Enfin, que ce soit sur le plan sportif ou pénal, le cannabis et ses dérivés ainsi que les autres drogues récréatives sont interdites en compétition et leur possession et consommation sont sanctionnées.

ADEL, plateforme d’éducation et apprentissage antidopage

ADEL website image

L’Agence Mondiale Antidopage (AMA) a lancé le 6 janvier 2021 sa plateforme d’éducation et apprentissage antidopage (ADEL), une nouvelle version améliorée de son actuelle plateforme d’apprentissage en ligne lancée en janvier 2018.

Sur cette nouvelle plateforme ADEL, l’AMA offrira des outils d’éducation et d’apprentissage à la communauté antidopage mondiale, notamment aux sportifs, aux entraîneurs, aux parents et aux professionnels de la santé. Les intervenants de la lutte contre le dopage pourront également trouver sur ADEL des options d’apprentissage qui les aideront à remplir leur rôle, ainsi que des ressources pour appuyer le développement de leurs programmes antidopage.

Pour accéder à la nouvelle plateforme ADEL :

  • Les utilisateurs existants doivent activer leur compte à la réception du courriel qu’ils auront reçu de l’adresse adel@wada-ama.org.
  • Les nouveaux utilisateurs peuvent simplement s’inscrire sur la nouvelle plateforme à l’adresse https://adel.wada-ama.org/.

Pour plus d’information svp cliquez ici.